Communications

Bulletin Crypto

11 octobre 2023

Bulletin crypto – semaine 304

Autre semaine assez tranquille sur les marchés des cryptomonnaies, si bien que ce sont plutôt les nouvelles de l’industrie qui retiennent l’attention. Sans surprise, beaucoup d’encre a coulé relativement au procès de Sam Bankman-Fried ces derniers jours, alors que ce dernier bat son plein.

Les avocats de SBF cherchent à obtenir l’autorisation d’interroger Gary Wang, cofondateur de FTX. Ils veulent précisément savoir dans quelle mesure les conseils juridiques ont influencé Wang dans l’acceptation de prêts du fonds sœur de la bourse de cryptomonnaie effondrée, Alameda Research. Le procès a déjà exploré les prêts d’environ 200 à 300 millions de dollars que Wang a reçus d’Alameda Research, utilisés pour divers investissements et l’achat d’une maison aux Bahamas. Bien que Wang ait affirmé, dans des réunions préalables, qu’il s’était fié à des avocats et ne pensait pas que les prêts avaient été conçus pour dissimuler l’origine de l’argent, les avocats de Bankman-Fried cherchent à connaître les avocats impliqués, l’étendue de leur participation aux prêts et les termes précis de ceux-ci. Ils veulent également savoir si Wang avait des préoccupations au moment de signer les prêts. La défense de Bankman-Fried pourrait également présenter des billets à ordre documentant les prêts accordés à Wang. Wang et Bankman-Fried, amis depuis le lycée et co-fondateurs de FTX, ont connu des profils publics contrastés au cours des années d’activité de la bourse de cryptomonnaie.

L’ancienne PDG d’Alameda Research, Caroline Ellison, est montée à la barre et a déclaré au jury que Bankman-Fried lui avait ordonné de commettre des crimes. Ellison, ex-petite amie de Bankman-Fried qui a avoué en décembre avoir commis une fraude liée à l’effondrement de la bourse de cryptomonnaie FTX, a affirmé que c’était Bankman-Fried qui avait « mis en place le système permettant à Alameda de prendre de l’argent ». Ce système a permis à Alameda de s’emparer de l’argent des clients. Ellison a affirmé que « plusieurs milliards de dollars » avaient été pris aux clients de FTX pour être utilisés dans des investissements, dont 14 milliards de dollars au total, avec 10 milliards servant à rembourser ses prêteurs. Par ailleurs, lors de l’évaluation des risques qu’elle a effectuée pour déterminer comment Alameda pourrait sortir de l’endettement, Ellison a estimé que la société aurait 30 % de chances de pouvoir rembourser tous ses prêts en cas de baisse du marché et 100 % de chances de ne pas pouvoir le faire, compte tenu de 3 milliards de dollars non liquides dans les investissements en capital-risque. Les procureurs allèguent que Bankman-Fried a trompé les clients en soutirant de l’argent de FTX pour effectuer des transactions risquées sur Alameda et que, bien qu’Ellison ait été nommée PDG, c’est Bankman-Fried qui « dirigeait réellement » la société, Ellison n’étant qu’une « façade ».

Par ailleurs, Ellison a révélé durant son témoignage en cour que ce dernier aspirait à devenir président des États-Unis. Elle a également partagé que Bankman-Fried envisageait de dissuader Donald Trump de se représenter à la présidence en lui offrant un paiement. Bien que leur relation personnelle ait pris fin, Ellison et Bankman-Fried ont continué de travailler ensemble chez Alameda Research et FTX jusqu’en novembre 2022.

Les avocats de Sam Bankman-Fried pourraient se préparer pour un appel en faisant durer le procès, selon un ancien procureur. Le juge Lewis Kaplan a rappelé à la défense que l’objectif n’est pas d’établir un record pour le plus long procès, mais de garantir le procès le plus juste, après avoir observé que les avocats de Bankman-Fried ont passé des heures lors des contre-interrogatoires pour confirmer les faits et les détails des témoignages. Le juge a à plusieurs reprises évoqué que ce n’était pas une utilisation appropriée du temps de la cour. Le procès, qui est prévu pour durer environ six semaines, couvre beaucoup de terrain, la densité de l’agenda ayant même déjà fait s’endormir au moins un juré en cour. Les avocats de SBF, qui fait face à sept accusations de fraude et de complot et risque plusieurs décennies de prison, ont été critiqués par le juge pour s’être égarés dans un résumé superflu lors des contre-interrogatoires. Les avocats pourraient essayer de poser les bases pour un éventuel appel, en cas de verdict de culpabilité, en passant beaucoup de temps sur des détails simples, et en demandant plus d’informations et de temps. Leur stratégie pourrait consister à suggérer que le procès s’est déroulé trop rapidement et qu’ils n’ont pas eu suffisamment l’opportunité de se préparer pour le procès, ce qui pourrait constituer une défense inadéquate selon la Constitution américaine.

Les autorités israéliennes, en collaboration avec la plateforme d’échange de cryptomonnaies Binance, ont gelé plusieurs comptes supposément liés au Hamas. Cette action, faisant suite à des attaques meurtrières perpétrées par le Hamas contre Israël, implique également le ministère de la Défense et diverses agences de renseignement nationales. Bien que Binance affirme activement collaborer avec les autorités mondiales pour lutter contre le financement du terrorisme, la police a confirmé que les comptes en question, établis par le Hamas, ont été activement utilisés pour lever des fonds via les réseaux sociaux depuis samedi. Par ailleurs, la police israélienne a aussi travaillé avec la police britannique pour geler un compte de la Barclays Bank au Royaume-Uni, à laquelle le Hamas avait directement demandé des donations. Il est à noter que l’utilisation de cryptomonnaies par le Hamas pour éviter les sanctions internationales n’est pas nouvelle, bien que le groupe ait annoncé en avril dernier la fin de son programme de dons en cryptomonnaies, suite aux efforts réussis des gouvernements pour identifier et poursuivre les donateurs.

Toujours dans le cadre de ce conflit, la cryptomonnaie devient un outil de collecte de fonds privilégié dans la région. Lundi, un groupe de dirigeants israéliens du secteur des cryptomonnaies a annoncé la création de « Crypto Aid Israel », un fonds conçu pour collecter des dons dans 12 cryptomonnaies différentes afin de soutenir les Israéliens affectés ou déplacés par les violences du week-end. Les dons en cryptomonnaie seront envoyés à des organisations non gouvernementales israéliennes qui aideront à leur tour les familles ayant fui le sud d’Israël pour Tel-Aviv. D’autre part, à Gaza, la cryptomonnaie est également utilisée comme outil de collecte de fonds depuis le début des frappes aériennes israéliennes dimanche. Plusieurs organisations caritatives arabes ont recueilli plusieurs milliers de dollars en cryptomonnaies pour aider les Gazaouis, bien que la conversion rapide de ces fonds numériques en aide concrète reste incertaine en raison des dégâts déjà causés aux infrastructures de Gaza. Les deux parties, bien que dans un contexte de conflit violent, semblent trouver dans les cryptomonnaies un moyen efficace de mobiliser des fonds de soutien international.

Le géant bancaire américain JPMorgan a lancé sa propre plateforme de tokenisation blockchain, appelée Tokenized Collateral Network (TCN), selon un rapport de Bloomberg en date du 11 octobre. TCN a réglé sa première transaction pour le mastodonte de la gestion d’actifs BlackRock. La plateforme TCN permet aux investisseurs d’utiliser des actifs comme collatéral en transférant la propriété du collatéral via la technologie blockchain sans déplacer les actifs dans les registres sous-jacents. Dans son premier échange de collatéral public, TCN a converti des parts d’un fonds du marché monétaire en tokens numériques, qui ont ensuite été transférés à Barclays Plc comme sécurité pour un échange de produits dérivés de gré à gré entre les deux sociétés. Lancé avec pour objectif de rationaliser et de mettre à l’échelle le processus de règlement des transactions traditionnelles sur une blockchain, TCN offre un processus plus rapide, plus sûr et plus efficace grâce à l’utilisation de la technologie décentralisée. Selon Tyrone Lobban, responsable d’Onyx Digital Assets chez JPMorgan, TCN libère du capital précédemment immobilisé et permet son utilisation comme collatéral dans les transactions en cours, ce qui devrait améliorer l’efficacité à grande échelle. La plateforme permet de créer, transférer et régler des actifs traditionnels tokenisés, facilitant ainsi le mouvement quasi instantané des collatéraux par rapport aux méthodes précédemment utilisées. La plateforme blockchain donne également accès à la liquidité intrajournalière grâce à une transaction de repo sécurisée utilisant un collatéral tokenisé, évitant ainsi de dépendre de lignes de crédit non sécurisées et onéreuses.

La Securities and Exchange Commission, le régulateur financier des États-Unis, argumente que les cryptomonnaies n’ont « aucune valeur intrinsèque ou inhérente » dans le cadre de son procès contre Coinbase, suscitant la désapprobation de Coinbase et des observateurs du secteur de la cryptomonnaie. Cette position est avancée en réponse à une motion pour rejeter le procès intenté par l’agence au cours de l’été, la SEC demandant à un juge de refuser la position de Coinbase selon laquelle le trading de cryptomonnaies ne constitue pas un contrat d’investissement entre les parties. La SEC justifie sa position en réitérant que les lois fédérales sur les valeurs mobilières sont conçues pour être interprétées de manière flexible, à travers la doctrine juridique connue sous le nom de « Howey Test ». Cependant, selon la SEC, de nombreuses cryptomonnaies sont différentes simplement parce qu’elles « n’ont pas de valeur intrinsèque ou inhérente » en elles-mêmes. Paul Grewal, le chef du service juridique de Coinbase, a balayé les arguments de la SEC, les qualifiant de « plus de la même vieille position ». Il affirme que, selon les arguments de la SEC, « tout, des cartes Pokemon aux timbres en passant par les bracelets Swiftie, serait également considéré comme des valeurs mobilières ».

Un rapport de Fidelity Digital Assets exprime une opinion diamétralement opposée. Selon ce dernier, le Bitcoin est fondamentalement différent des autres cryptomonnaies et représente un bien monétaire attrayant et une réserve de valeur séduisante dans un monde de plus en plus numérique. Les analystes Chris Kuiper et Jack Neureuter expliquent que les investisseurs traditionnels ont tendance à utiliser un cadre d’investissement technologique lorsqu’ils analysent le bitcoin, ce qui les conduit à la fausse conclusion que, en tant que première technologie à émerger, il sera facilement supplanté par une technologie supérieure ou offrira des rendements inférieurs. Cependant, les auteurs soulignent que la première percée technologique du bitcoin n’était pas en tant que technologie de paiement supérieure, mais en tant que forme supérieure d’argent. Le rapport stipule que le bitcoin est « fondamentalement différent de tout autre actif numérique » et qu’il est improbable que d’autres cryptomonnaies surpassent le BTC en tant que bien monétaire, car il est la monnaie numérique « la plus sûre, décentralisée et solide ». Le succès du réseau Bitcoin n’est pas mutuellement exclusif avec le succès d’autres réseaux, argue le rapport, puisque le reste de l’écosystème des actifs numériques peut répondre à des besoins différents ou résoudre d’autres problèmes que le bitcoin ne peut pas. Le rapport ajoute que le profil de rendement de la plus grande cryptomonnaie au monde est entraîné par deux vents arrière puissants : « la croissance mondiale de l’écosystème plus large des actifs numériques et l’instabilité potentielle des conditions macroéconomiques traditionnelles. » Il est également suggéré que le Bitcoin devrait être considéré en premier et séparément de tous les autres actifs numériques qui l’ont suivi, et être vu comme un point d’entrée pour les allocateurs traditionnels cherchant à être exposés au secteur.

Paul Tudor Jones, milliardaire et gestionnaire de hedge fund, a exprimé des inquiétudes concernant le climat géopolitique actuel et la situation fiscale des États-Unis, le qualifiant de « plus menaçant » et de « plus faible qu’il n’a jamais vu », respectivement. Face à l’augmentation des coûts d’intérêt et des niveaux d’endettement américains, Jones trouve les actions moins attrayantes. Cependant, malgré ces défis économiques, il perçoit le Bitcoin et l’or comme des options d’investissement attrayantes, exprimant une perspective positive sur ces actifs en tant que refuges potentiels ou investissements stratégiques dans ce contexte économique complexe.

Le dernier rapport d’investissement de CoinShares indique un afflux massif d’investissements dans le marché des cryptomonnaies, atteignant un total de 78 millions de dollars. La semaine précédente avait déjà connu des entrées positives, mais cette nouvelle semaine enregistre presque une quadruplication de l’investissement, passant de 21 millions de dollars et marquant ainsi la plus grande semaine d’afflux depuis juillet, selon James Butterfill, l’auteur du rapport. Bitcoin a été le principal bénéficiaire avec des entrées totalisant 43 millions de dollars, bien que certains investisseurs aient également augmenté leurs positions courtes sur Bitcoin, en investissant 1,2 million de dollars supplémentaires. Les volumes de trading pour les produits négociés en bourse (ETP) liés aux cryptomonnaies ont connu une hausse robuste de 37%, atteignant 1,13 milliard de dollars. De plus, une divergence régionale marquée dans le sentiment des investisseurs est mise en évidence : 90% des flux totaux provenaient d’Europe, tandis que les États-Unis et le Canada ont collectivement reçu seulement 9 millions de dollars d’afflux, selon le rapport. CoinShares note que cette divergence, également observée le mois dernier, peut être attribuée au climat réglementaire défavorable aux États-Unis.

 

 

Malgré une baisse du prix cette semaine qui semble s’inscrire suite à une croix de la mort technique, le niveau de support à 27 000 $ a tenu au cours de la nuit. Si le prix continue de respecter cette zone, un rebond ici dans la hausse progressive des prix depuis les bas de début septembre apparaît toujours plausible.

Les Investissements Rivemont, gestionnaire du Fonds Rivemont crypto.

Les renseignements présentés le sont en date du 11 octobre 2023, à moins qu’une autre date ne soit mentionnée, et à titre d’information seulement. Ils proviennent de sources que nous jugeons fiables, mais non garanties. Il ne s’agit pas de conseils financiers, juridiques ou fiscaux. Les investissements Rivemont ne sont pas responsables des erreurs ou omissions relativement aux renseignements, ni des pertes ou dommages subis.

Cette infolettre vous intéresse?
Téléchargez-la en format PDF afin de la conserver

Télécharger

Restez à l'affût!

Recevoir le bulletin Crypto par courriel:


    Lettres similaires

    19 juin 2024

    Bulletin crypto – semaine 340

    Le Bitcoin a chuté sous les 65 000 $ hier, atteignant son plus bas niveau depuis un mois. Les ventes continues de BTC par les mineurs pour financer leurs opérations et les attentes déçues de réductions de taux par la Réserve fédérale américaine ont contribué à cette tendance baissière. Cependant, une note de Wintermute suggère que ce sentiment baissier pourrait être de courte durée, en raison des réductions de taux initiées par la Banque du Canada et la Banque centrale européenne, indiquant un possible assouplissement monétaire global.

    Lire plus >
    12 juin 2024

    Bulletin crypto – semaine 339

    C’est l’inflation et les taux d’intérêt qui sont sur toutes les lèvres cette semaine. À cet effet, la semaine fut véritablement en deux temps. Alors que le bitcoin progressait encore lorsque le Canada confirmait que le taux directeur passait sous les 5%, le prix du Bitcoin a chuté à un bas hebdomadaire avant la publication des données sur l’inflation aux États-Unis et une réunion de la Fed prévue mardi. Les fonds négociés en bourse (FNB) de Bitcoin aux États-Unis ont enregistré leur première sortie nette en plus de 19 jours de trading.

    Lire plus >

    Prenez rendez-vous aujourd’hui

    Prenez rendez-vous dès aujourd’hui avec notre gestionnaire de portefeuille.

    Il nous fera plaisir de communiquer avec vous d’ici les prochaines 48 h. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous directement.

      Inscrivez-vous à notre lettre financière!

      À chaque trimestre, nous communiquons avec nos clients actuels et potentiels par l’entremise d’une lettre financière.

      Inscrivez votre nom complet et adresse courriel afin d’être ajouté à la liste d’envoi.

        © 2024, Les investissements Rivemont. Tous droits réservés. | Vacarm