Communications

Bulletin Crypto

11 janvier 2023

Bulletin crypto – semaine 265

Enfin des signes encourageant sur le marché des crypto. Le bitcoin a réussi à franchir sa coriace résistance à 17 000 $, le prix fermant par ailleurs au-dessus de la moyenne mobile sur 30 et 50 jours pour cinq jours consécutifs. Le prix n’avait pas complété une journée au-dessus de cette dernière depuis le 7 novembre dernier. Alors que les conséquences des nombreuses faillites d’acteurs majeurs dans l’industrie des cryptos s’essoufflent, les chances d’avoir véritablement touché le prix plancher du cycle baissier semblent bonnes.

Parmi les points d’interrogation chez ces acteurs se trouve sans contredit le sort du prêteur Genesis, une entreprise parente à Digital Currency Group (DCG) de Barry Silbert. C’est d’ailleurs le thème qui a véritablement fait couler l’encre tout au long de la dernière semaine. Tout d’abord, jeudi dernier, DCG, propriétaire de Genesis et Grayscale, a confirmé la fermeture de sa division de gestion de patrimoine appelée HQ. «En raison de l’état de l’environnement économique plus large et de l’hiver crypto prolongé présentant des vents contraires significatifs pour l’industrie, nous avons pris la décision de liquider HQ, à compter du 31 janvier 2023», a déclaré un porte-parole de DCG. «Nous sommes fiers du travail accompli par l’équipe et nous sommes impatients de revoir potentiellement le projet à l’avenir.»

La décision de fermer le HQ intervient le jour même où Genesis a annoncé d’importantes suppressions d’emplois, 30 % de ses effectifs étant concernés. Cette décision est due à l’impact négatif sur DCG et ses filiales causé par l’effondrement de l’échange FTX en novembre. «Ces mesures font partie de nos efforts continus pour faire progresser notre entreprise. Nous apprécions sincèrement le travail acharné de notre équipe talentueuse et dévouée alors que nous continuons à travailler pour identifier le meilleur résultat pour l’activité, les clients et les employés de Genesis sur le long terme.» A-t-on pu lire en commentaire. Genesis éprouve des difficultés financières depuis un certain temps, suite à la décision d’arrêter les retraits en novembre, après l’implosion de FTX. La société a annoncé à l’époque qu’elle avait 175 millions de dollars d’exposition à FTX.

Selon un rapport publié vendredi par Bloomberg, DCG fait l’objet d’une enquête des procureurs fédéraux de New York et de la SEC pour des transferts internes dans sa filiale de prêt Genesis. Selon ce même rapport de Bloomberg, les procureurs fédéraux du district Est de New York ont demandé des documents et des entretiens à DCG, citant des personnes familières avec l’enquête. En outre, la SEC mène également une enquête indépendante sur DCG. Les enquêtes n’ont pas encore été annoncées officiellement par les autorités et n’en sont qu’à leurs débuts. Il convient de mentionner que ni Digital Currency Group (DCG) ni son PDG Barry Silbert n’ont été accusés d’une quelconque activité criminelle par les autorités.

L’une des entreprises les plus touchées par les difficultés de Genesis est sans contredit Gemini, ou plus spécifiquement son programme Earn qui permettait de générer des intérêts sur ses actifs crypto via des prêts effectués par l’intermédiaire de Genesis. Genesis aurait une dette s’élevant à 900M$ face aux clients du programme Earn. Dans cette veine, Cameron Winklevoss de Gemini a demandé la démission du PDG de Digital Currency Group (DCG), Barry Silbert, et a porté de multiples accusations graves contre le conglomérat de cryptomonnaie, notamment des allégations de fausses déclarations et de fraude comptable. La déclaration prétend qu’il n’y a pas d’avenir pour la société tant que Silbert reste PDG et qu’il a démontré qu’il était incapable de gérer la société. Winklevoss affirme que Genesis, DCG et son personnel clé, y compris le PDG Barry Silbert, ont comploté pour faire de fausses déclarations et tromper Gemini, ses investisseurs et le grand public sur la situation financière de Genesis. En outre, Winklevoss a déclaré que les affirmations faites par DCG début juillet selon lesquelles elle avait investi 1,2 milliard de dollars dans Genesis étaient fausses, et que DCG n’avait pas fourni de fonds réels à Genesis.

Le différend entre Digital Currency Group et Gemini concernant les fonds bloqués des utilisateurs a continué de s’intensifier tout au long de la semaine. DCG a blâmé Cameron Winklevoss pour des «attaques malveillantes». Dans une réponse mardi sur Twitter, DCG a déclaré que la déclaration de Winkelvoss était «un autre coup de publicité désespéré et non constructif» et que l’entreprise «préservait tous les recours juridiques en réponse à ces attaques malveillantes, fausses et diffamatoires.» Winklevoss prétend que DCG doit 1,675 milliard de dollars à Genesis, ce qui permettrait sans doute de rembourser les clients floués de Gemini, mais Silbert affirme que ce chiffre est incorrect. Mardi, dans une lettre adressée aux actionnaires, Silbert a également démenti les rumeurs «complètement sans fondement et fausses» concernant DCG et a rompu tout lien avec FTX et son ancien PDG, Sam Bankman-Fried. Silbert affirme que DCG n’a «jamais eu de relation avec Alameda», mais que Genesis a eu une «relation de commerce et de prêt» avec la société de commerce de crypto, qui a également été fondée par Bankman-Fried.

Puis, plus tard hier, dans le cadre du conflit public en cours avec Genesis, Gemini a officiellement mis fin à son programme Earn. Gemini a informé ses clients par courriel que cette mesure a été prise afin de faire pression sur Genesis pour qu’elle rembourse les 900 millions de dollars qu’elle doit aux clients de Gemini. Le message poursuit en disant que l’action exige que Genesis rende tous les actifs restants au programme. Les clients peuvent maintenant voir leurs soldes de gains comme des «soldes en attente», alors que Gemini s’efforce de trouver un moyen de rendre les actifs aux utilisateurs. «La restitution de vos actifs reste notre priorité absolue et nous continuons à opérer avec la plus grande urgence», indique le courriel.

Bref, s’il fallait résumer le tout en quelques mots, il apparaît plausible que DCG tente actuellement d’isoler sa filière Genesis de ses autres entités afin de la placer en faillite et ainsi se libérer de ses énormes dettes. En contrepartie, tous les créanciers de Genesis tentent au contraire de faire de DCG une seule entité, de manière à ce que les actifs des autres filières des entreprises permettent le remboursement des dettes de Genesis.

Cette tentative de DCG s’est d’ailleurs reflétée dans le prix par action du Grayscale Bitcoin Trust (GBTC), une autre entité détenue par l’entreprise. Le prix du titre négocié de gré à gré a bondi de 11,56 % lundi, à 9,65 dollars. Cela a ramené la décote rapport à la valeur nette (NAV) de ses avoirs en bitcoins à 38,55 %, l’écart le plus faible depuis la mi-novembre.

Du côté de la saga FTX, la prochaine audience se tiendra aujourd’hui même dans une cour de faillite du Delaware.  La préparation à l’audience a donné lieu à une série de dépôts de documents juridiques, dont une demande visant à autoriser les avocats du cabinet Montgomery McCracken Walker & Rhoads à représenter les intérêts de Sam Bankman-Fried dans cette affaire.

Binance a hier reconnu les défaillances de son système qui ont entraîné une sous-collatéralisation d’au moins 1 milliard de dollars dans son offre de Binance Smart Chain BUSD, l’un des stablecoins de la société, qui est censé être adossé 1:1 au dollar américain. Les analystes du secteur affirment que ce problème a fait dévier BUSD de sa valeur fixe au moins trois fois. «Le processus de maintien du peg implique de nombreuses équipes et n’a pas toujours été sans faille, ce qui a pu entraîner des retards opérationnels dans le passé», a déclaré un porte-parole de Binance à Bloomberg. Le BUSD sur la blockchain Ethereum est entièrement garanti par des dollars américains, sous la supervision de Paxos, une société fintech basée à New York. Cependant, le BUSD sur la propre blockchain de Binance, Binance Smart Chain, n’est sous la surveillance d’aucune société externe auditée. Pour valider son BUSD, Binance affirme qu’elle le maintient entièrement collatéralisé avec du BUSD régulé par Paxos. Ce BUSD détenu sur la propre blockchain de Binance est donc appelé Binance-Peg BUSD. Or, il apparaît que Binance-Peg BUSD n’ait pas toujours maintenu à sa valeur fixe. Un porte-parole de Binance a déclaré à Bloomberg que malgré ces retards dans la collecte des garanties appropriées, le processus d’arrimage a depuis été corrigé. «Récemment, le processus a été grandement amélioré avec des contrôles de divergence renforcés pour s’assurer qu’il soit toujours arrimé 1-1», a-t-il été déclaré.

Suivant les changements légaux au Canada encadrant les échanges de cryptomonnaie que nous vous rapportions récemment, Crypto.com ne facilitera plus les transactions impliquant Tether et prévoit de retirer le plus grand stablecoin par capitalisation boursière pour les clients du pays. «Veuillez prendre des mesures urgentes pour examiner votre solde USDT et prendre les mesures nécessaires», indique l’avis. Cette décision de retirer Tether fait suite à une clarification réglementaire de l’Association canadienne de normalisation (CSA) en décembre. La mise à jour a été publiée sur le site Web de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario. «Les ACVM continuent de surveiller et d’évaluer la présence et le rôle des monnaies stables sur le marché financier canadien», peut-on y lire. «À la suite de ce travail continu, les ACVM sont d’avis que les monnaies stables, ou les arrangements de monnaies stables, peuvent constituer des valeurs mobilières et/ou des dérivés.»

La panique du marché qui a suivi l’effondrement de l’échange FTX de Sam Bankman Fried au début du mois de novembre semble s’atténuer. Pour la première fois depuis l’effondrement de FTX, les contrats à terme à trois mois sur le bitcoin (BTC) cotés sur le Chicago Mercantile Exchange (CME) se négocient actuellement à prime par rapport au prix actuel du marché au comptant. Ces contrats à terme sont considérés par beaucoup comme un indicateur de l’activité institutionnelle. La prime renouvelée indique que l’activité institutionnelle n’est plus concentrée sur le côté court. La structure des termes des contrats à terme du CME – la différence entre les contrats à terme de différentes échéances à un moment donné – reste toutefois inversée ou en backwardation. En d’autres termes, les contrats du mois le plus éloigné continuent de se négocier à des prix inférieurs à ceux des contrats du mois le plus proche, une situation anormale si l’on considère que les prix sont généralement plus élevés à l’extrémité longue de la courbe.

Comme ce fut le cas pour une bonne période de 2022, c’est la tendance macroéconomique qui risque fort de dicter les prochains mouvements de prix. On peut du coup s’attendre à une tendance étant confirmée ou infirmée dès demain, alors que les données d’indice de prix à la consommation seront publiées pour décembre aux États-Unis.

Le fonds a quant à lui repris la majorité de ses positions au cours de la semaine, avec une exposition d’environ 50% à ETH parmi les capitaux investis.

Les Investissements Rivemont, gestionnaire du Fonds Rivemont crypto.

Les renseignements présentés le sont en date du 11 janvier 2023, à moins qu’une autre date ne soit mentionnée, et à titre d’information seulement. Ils proviennent de sources que nous jugeons fiables, mais non garanties. Il ne s’agit pas de conseils financiers, juridiques ou fiscaux. Les investissements Rivemont ne sont pas responsables des erreurs ou omissions relativement aux renseignements, ni des pertes ou dommages subis.

Cette infolettre vous intéresse?
Téléchargez-la en format PDF afin de la conserver

Télécharger

Restez à l'affût!

Recevoir le bulletin Crypto par courriel:


    Lettres similaires

    25 janvier 2023

    Bulletin crypto – semaine 267

    Le bon début d’année s’est poursuivi pour le bitcoin et l’ensemble du marché des cryptomonnaies au cours des sept derniers jours. À son sommet d’il y a quelques jours à 23 350 $, le bitcoin enregistrait une hausse de près de 50% par rapport au prix plancher de 2022. Le Bitcoin a réussi à s’imposer comme l’un des investissements les plus alléchants au niveau mondial, dépassant ainsi les autres principales catégories d’actifs.

    Lire plus >
    18 janvier 2023

    Bulletin crypto – semaine 266

    C’est l’action des prix sur les marchés qui a retenu l’attention au cours de la dernière semaine. Contrairement aux maintes fois où ce fut le cas en 2022 toutefois, c’est heureusement pour les bonnes raisons! Le marché des cryptomonnaies a connu un début d’année prometteur en atteignant une capitalisation boursière de 1 000 milliards de dollars pour la première fois depuis novembre de l’année précédente.

    Lire plus >

    Prenez rendez-vous aujourd’hui

    Prenez rendez-vous dès aujourd’hui avec notre gestionnaire de portefeuille.

    Il nous fera plaisir de communiquer avec vous d’ici les prochaines 48 h. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous directement.

      Inscrivez-vous à notre lettre financière!

      À chaque trimestre, nous communiquons avec nos clients actuels et potentiels par l’entremise d’une lettre financière.

      Inscrivez votre nom complet et adresse courriel afin d’être ajouté à la liste d’envoi.

        © 2023, Les investissements Rivemont. Tous droits réservés. | Vacarm