Communications

Bulletin Crypto

12 janvier 2022

Bulletin crypto – semaine 213

Cette lettre est écrite alors que les plus récentes données relatives au taux d’inflation aux États-Unis viennent d’être publiées. On y annonce une hausse de 7% de décembre 2020 à décembre 2021, soit la plus large hausse enregistrée depuis 1982. La dernière fois où ce taux était si élevé, les taux d’intérêt étaient à 11.5%. Est-ce donc la panique sur les marchés boursiers, des hausses fulgurantes de taux amenant une forte pression baissière sur les actions et autres actifs à risque? Le bitcoin prend-il sa place comme réserve de valeur en contexte inflationniste?

… Bien sûr que non. Les marchés réagissent exactement comme ils nous ont habitués ces dernières années. Alors que ce taux d’inflation correspond à celui attendu des analystes, c’est plutôt en hausse que se trouve le marché boursier américain. Le bitcoin lui continue d’agir comme actif à risque, poursuivant son rebond amorcé il y a 48 heures après avoir testé son important support à 40 000 $. Cela prouve ultimement une chose. Le marché haussier américain amorcé il y a désormais presque 13 ans est toujours bien en vie. Il en faut beaucoup, énormément même, pour freiner une tendance sur un tel élan. On pourrait se convaincre que cette réaction du bitcoin ce matin est une protection contre l’inflation, mais sa corrélation avec le marché boursier – et sa non-corrélation avec l’or qui est stable de surcroît – laisse très peu de doute sur ce qui alimente véritablement cette hausse quotidienne.

Dans la même veine, selon une nouvelle étude, la corrélation entre le bitcoin et deux grands indices boursiers américains, le S&P 500 et le Nasdaq, a atteint son plus haut niveau depuis 18 mois. Historiquement, le bitcoin a maintenu une corrélation relativement faible avec les classes d’actifs traditionnelles, mais c’est de moins en moins vrai alors que les acteurs institutionnels prennent graduellement contrôle du marché. À noter que la corrélation avec l’or, considérée comme l’actif de protection par excellence, est négative depuis septembre.

La régulation face aux cryptomonnaies est sans contredit l’un des facteurs qui risquent d’avoir le plus d’influence en 2022. S’ajoutent notamment la distribution annoncée de la liquidation de Mt.Gox et les potentiels conflits géopolitiques entre la Russie et l’Ukraine qui pourraient avoir une influence directe sur le prix de l’énergie. Du côté du premier facteur toutefois, il semble que ça pourrait bouger rapidement. En effet, le rapport très attendu de la Réserve fédérale sur les cryptomonnaies est «prêt à être publié» et sortira «dans les semaines à venir», selon le président de la Fed, Jerome Powell. Il est probable que le rapport se concentre sur les CBDC, ou monnaies numériques des banques centrales, sur lesquelles Powell a déclaré que la Fed se penche depuis que la Chine a lancé son propre yuan numérique. M. Powell a également déclaré que le rapport solliciterait la contribution du public. Il n’est pas su à ce jour si le rapport offrira des orientations concrètes.

La nature du rapport pourrait avoir des effets monstres sur les marchés. Depuis que la Chine a banni le minage de bitcoins, ce sont les États-Unis qui mènent l’industrie. Les régulateurs embrasseront ils l’innovation et encourageront ils le développement des actifs numériques, ou prendront ils plutôt une position protectionniste en voulant à tout prix éviter de nuire à la puissance du dollar américain? Si le premier scénario devait se manifester, avec une approbation alors probable d’un FNB appuyé sur le bitcoin directement, tous les ingrédients d’une véritable nouvelle poussée haussière pourraient soudainement être réunis.

Gary Gensler, président de la SEC, a eu l’opportunité cette semaine d’ajouter son grain de sel sur la nature des cryptomonnaies. La SEC a précédemment déclaré qu’elle ne considérait pas le bitcoin comme une valeur mobilière, mais a pris position sur d’autres cryptomonnaies, telles que le XRP de Ripple. Questionné à savoir si l’Ether représentait une valeur mobilière, Gensler a toutefois balayé la question. «Nous ne nous impliquons pas dans ces types de forums publics pour parler d’un seul projet, d’une seule circonstance possible ou pour donner des conseils juridiques sur les ondes de cette manière.» Il ajoute toutefois que si «vous levez des fonds auprès du public et le public est dans l’attente d’un profit, basé sur ce promoteur, ce sponsor, les efforts de ce groupe, c’est dans le cadre des lois sur les valeurs mobilières.»

Le Fonds monétaire international a hier publié un rapport de recherche sur l’industrie des cryptomonnaies. Les conclusions y sont encourageantes, le papier soulevant que les cryptomonnaies ne sont plus une classe d’actifs obscure au sein de l’écosystème financier, mais que la corrélation croissante avec le marché boursier mine le rôle d’actif de protection du bitcoin et d’autres actifs crypto. Nous ne sommes clairement pas les seuls à partager cette observation! Notant que le BTC et l’ETH étaient rarement corrélés aux principaux indices boursiers avant la pandémie, les auteurs ont convenu que les cryptoactifs contribuaient à diversifier le risque pour les investisseurs en agissant comme une couverture contre les fluctuations des autres classes d’actifs. «Mais cela a changé après les réponses extraordinaires des banques centrales à la crise du début de 2020», ont écrit les auteurs, ajoutant que les cryptos et les actions ont bondi main dans la main à mesure que le goût du risque des investisseurs augmentait.

L’autre actualité majeure de la semaine fut sans contredit une panne d’Internet à l’échelle nationale au Kazakhstan. Le pays d’Asie centrale a sombré dans le chaos après que de violentes manifestations déclenchées par la hausse des prix du carburant ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. Dans le cadre de ce chaos, des coupures d’Internet et des télécommunications ont été signalées dans tout le pays. Le Kazakhstan représentait plus de 18 % du taux de hachage du réseau bitcoin mondial en août dernier, deuxième derrière les États-Unis. Le taux d’activité des principaux groupes miniers de cryptomonnaies – des groupes de mineurs situés à différents endroits qui s’associent pour produire des bitcoins – a baissé de 14 % entre mardi et jeudi, selon les données de BTC.com. Plusieurs blâment d’ailleurs cette crise pour la baisse du prix du bitcoin la semaine dernière.

Lorsque Garry Kasparov, le grand maître russe – classé numéro 1 de 1984 à 2005 – s’exprime sur différents sujets, le monde écoute. Celui qui dispose sans contredit d’un grand esprit logique et mathématique voir les cryptomonnaies comme une manière de contrebalancer les pouvoirs gouvernementaux. Selon Kasparov, le bitcoin offre une protection contre les dépenses publiques effrénées, «parce que vous êtes protégé par les mathématiques», c’est-à-dire par la logique du code lui-même. Que pense-t-il de l’industrie en général? « Maintenant, nous avons des milliers et des milliers de jetons. C’est comme la bulle Internet. Quatre-vingt-dix-neuf virgule neuf pour cent auront disparu. Mais ceux qui survivront deviendront les Google du monde. Je ne suis pas ici pour juger lesquels, mais il y en aura peu qui survivront – c’est pourquoi je parle d’un panier de pièces.»

Le légendaire investisseur Bill Miller est le dernier à publiquement avouer avoir investi dans le bitcoin et autres cryptomonnaies. Dans son cas toutefois, cet investissement est loin d’être modeste. Miller a révélé que la moitié de sa valeur nette personnelle est investie dans le bitcoin et d’autres actifs crypto, allant ainsi à l’encontre de son propre conseil, largement connu, selon lequel les investisseurs ne devraient allouer que 1 à 2 % de leurs portefeuilles aux actifs numériques. Il a déclaré avoir acheté des bitcoins pour la première fois en 2014, alors qu’ils s’échangeaient autour de 200 dollars. Il a continué à en acheter et s’est arrêté lorsqu’il a atteint environ 500 dollars. Il a ensuite recommencé à acheter des bitcoins au printemps 2021, alors que la pièce tournait autour de 30 000 dollars, juste après qu’elle se soit effondrée depuis son plus haut niveau historique d’environ 66 000 dollars (voilà un contexte bien similaire à l’actuel…). Dans une entrevue récente, Miller a également comparé le bitcoin à de l’or numérique en termes de couverture contre l’inflation, ajoutant qu’il s’agit également d’une «police d’assurance contre une catastrophe financière que personne d’autre ne peut fournir», compte tenu de sa limite d’approvisionnement de 21 millions de pièces. « Cela se résume au niveau très basique de l’offre et de la demande.  Le bitcoin est la seule entité économique où l’offre n’est pas affectée par la demande. »

Parlant d’investisseurs légendaires, notre propre Martin Lalonde, président de la firme, était sur les ondes de TVA Nouvelles Gatineau hier afin de parler du récent recul du prix du bitcoin. Il est possible de revoir le bulletin sous ce lien. L’entrevue s’amorce à la barre des 15 minutes.

Contrairement à l’avis contraire de plusieurs, Pascal Gauthier, PDG de la firme Ledger, est d’avis que ce sont les investisseurs particuliers qui seront à l’origine de la prochaine hausse des prix. Il faut dire que son opinion n’est pas exactement désintéressée. Selon lui, la tendance des investisseurs de détail est prépondérante et c’est «toujours la même chose». Il explique: «Le nombre d’adresses avec le nombre minimum de BTC augmente en fait par rapport au nombre de baleines. Il y a une tendance profonde des investisseurs particuliers partout dans le monde ; ils font de plus en plus confiance à Bitcoin. Ce sont ces gens qui vont faire monter le prix». Des données récentes de Glassnode abondent en ce sens. Le nombre d’adresses BTC ayant un solde non nul n’a jamais été aussi élevé, atteignant un peu moins de 40 millions.

 

 

Un indicateur blockchain historiquement fiable suggère que le bitcoin est peut-être dans les dernières étapes d’une tendance baissière, ayant perdu près de 40% de sa valeur au cours des deux derniers mois. Le flux de dormance ajusté à l’entité, un ratio de la valeur marchande actuelle de la cryptomonnaie par rapport à la valeur monétaire annualisée de la dormance de la pièce, a chuté à des niveaux ayant historiquement correspondu à une hausse subséquente. «Les faibles valeurs de flux de dormance indiquent des moments où la capitalisation est sous-évaluée par rapport à la somme annuelle de la dormance réalisée, indiquant des moments où le bitcoin est un prix de valeur», explique Glassnode. Ce signal n’a clignoté que 5 fois auparavant dans l’histoire du Bitcoin.

Soulignons finalement que les flux sortants des échanges de bitcoins ont connu leur plus forte hausse quotidienne depuis septembre 2021 cette semaine. Près de 30 000 BTC ont quitté les principaux échanges en une seule journée, les acheteurs copiant les mineurs pour retirer l’offre de BTC du marché. «Les volumes sont faibles. Cela signifie que le marché peut avoir d’énormes mouvements à la hausse ou à la baisse facilement», a commenté Samson Mow, PDG de Blockstream. «Étant donné que nous avons déjà eu un grand mouvement à la baisse, et que tout le monde achète comme pas possible, je dirais que le prochain mouvement est à la hausse.»

Si les capitaux étaient en mode de protection maximale dans le contexte de baisse de la semaine dernière, nous avons repris la majorité de nos positions au cours des 24 dernières heures.

Les Investissements Rivemont, gestionnaire du Fonds Rivemont crypto.

Les renseignements présentés le sont en date du 12 janvier 2022, à moins qu’une autre date ne soit mentionnée, et à titre d’information seulement. Ils proviennent de sources que nous jugeons fiables, mais non garanties. Il ne s’agit pas de conseils financiers, juridiques ou fiscaux. Les investissements Rivemont ne sont pas responsables des erreurs ou omissions relativement aux renseignements, ni des pertes ou dommages subis.

Cette infolettre vous intéresse?
Téléchargez-la en format PDF afin de la conserver

Télécharger

Restez à l'affût!

Recevoir le bulletin Crypto par courriel:


    Lettres similaires

    26 janvier 2022

    Bulletin crypto – semaine 215

    Nous vous disions la semaine dernière être en mode prudence. Ce positionnement aura sans contredit été avantageux pour les investisseurs du fonds, ces derniers ne subissant qu’une partie de ce recul. Nos positions en altcoins, longtemps été importantes dans le fonds, étaient d’ailleurs pratiquement inexistantes tout au long des sept derniers jours.

    Lire plus >
    19 janvier 2022

    Bulletin crypto – semaine 214

    «L’histoire a montré que les capitaux vont là où ils sont le mieux traités et que le fait d’embrasser l’innovation conduit à plus de richesse et de prospérité. Nous pensons également qu’il y a une théorie des jeux à enjeux très élevés en jeu ici, selon laquelle si l’adoption du bitcoin augmente, les pays qui sécurisent un peu de bitcoin aujourd’hui seront plus compétitifs que leurs pairs. Par conséquent, même si d’autres pays ne croient pas à la thèse de l’investissement ou à l’adoption du bitcoin, ils seront obligés d’en acquérir comme une forme d’assurance.»

    Lire plus >

    Prenez rendez-vous aujourd’hui

    Prenez rendez-vous dès aujourd’hui avec notre gestionnaire de portefeuille.

    Il nous fera plaisir de communiquer avec vous d’ici les prochaines 48 h. Pour toutes questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous directement.

      Inscrivez-vous à notre lettre financière!

      À chaque trimestre, nous communiquons avec nos clients actuels et potentiels par l’entremise d’une lettre financière.

      Inscrivez votre nom complet et adresse courriel afin d’être ajouté à la liste d’envoi.

        © 2022, Les investissements Rivemont. Tous droits réservés. | Vacarm